Mon chat dort beaucoup, est-ce normal ?

Les chats ont besoin de davantage de sommeil que les humains : aussi, ne vous étonnez pas s’ils dorment beaucoup ! En effet, un chat ou un chaton, peuvent sommeiller jusqu’à 16 heures par jour. C’est même parfois plus, et majoritairement en journée. La plupart du temps, le comportement d’un chat qui dort beaucoup est donc parfaitement normal. En revanche, une modification dans le rythme de sommeil de votre matou doit vous alerter. Vos questions, nos infos et conseils pratiques !

- De combien d’heures de sommeil les chats ont-ils besoin ?

Avec une moyenne de 14 à 16h par jour, le calcul est vite fait : le matou adulte et le chaton passent les deux tiers de leur temps à dormir. Cependant, les habitudes de sommeil peuvent varier selon les animaux. Elles sont fonction de l’âge, de la race, du sexe, du caractère, de l’alimentation… En effet, les chats sont comme les humains : chaque individu ayant ses propres spécificités, ils ne sont pas tous égaux face au repos ! C’est ainsi que certains chatons très énergiques à l’état de veille pourront avoir besoin de dormir une vingtaine d’heures par jour pour être en pleine forme, tandis que des animaux vieux et moins actifs se contenteront de la moitié.

Bon à savoir : le rythme de sommeil des chats est étroitement lié à leur façon de se nourrir. Rappelez-vous qu’à l’origine, les chats sont des animaux sauvages, qui ne peuvent compter que sur eux-même pour s’alimenter grâce à la chasse. Comme aujourd’hui les chats errants, le félin sauvage ne savait jamais à l’avance quand il pourrait déguster son prochain repas, et faisait en sorte d’économiser son énergie entre deux festins en dormant le plus possible. Même le matou domestique le mieux nourri conserve l’instinct de ses ancêtres, qui l’incite à ménager ses efforts tout au long de la journée. Pour ne pas le déstabiliser, ayez soin de le nourrir à des heures régulières (une fois le matin, une fois le soir).

- Pourquoi mon chat fait-il si souvent la sieste ?

À l’état de nature, le chat est un chasseur. Or, c’est à la tombée du jour et à l’aube qu’il a le plus de chances de débusquer ses proies préférées, comme les musaraignes ou les petites souris, dont il raffole. Les félins sont donc de préférence actifs en début et en fin de nuit plutôt que le jour, un instinct de chasse qui est inscrit dans leurs gènes, et qu’on retrouve même chez les chats domestiques. Avant de vous affoler à la vue de votre matou affalé sur le canapé, commencez donc par vous intéresser à son emploi du temps nocturne… Il est en effet fort possible que le félin multiplie les petits sommes pendant la journée parce qu’il a passé toute sa nuit en mode chasse !

Où installez-vous votre chat pour la nuit ? S’agit-il d’une pièce fermée et bien chauffée, où on imagine qu’il ne pourrait guère faire autre chose que dormir ? Ou l’animal dispose-t-il d’une chattière, qui lui permet d’aller et venir à sa guise entre l’intérieur et l’extérieur ? Dans ce dernier cas, sans doute votre matou est-il un noctambule aguerri, qui récupère pendant la journée de ses expéditions nocturnes !

- Quelles sont les phases de sommeil d’un chat ?

Vous trouvez que votre chat dort beaucoup : mais êtes-vous sûr qu’il dort vraiment ? Observez ses oreilles : si elles sont contractées, votre chat est sans doute dans un cycle de somme léger, où il est encore en état d’alerte. En d’autres termes, il est juste assoupi, prêt à bondir sur l’insecte ou la proie qui se risquera à passer près de lui !

Niché au creux de son panier, votre chat a beau fermer les yeux, il ressemble en tout point… à un chat en colère ! Sa queue frappe impatiemment le coussin, ses oreilles s’aplatissent comme devant un danger ou une contrariété… Il est probablement en pleine phase de sommeil paradoxal, qui correspond, comme chez les humains, au moment où il rêve. Et vu le spectacle qu’il vous offre, il y a fort à parier qu’il s’agit d’un cauchemar ! S’il ronronne en dormant, en revanche, c’est que ses songes sont plutôt agréables…

Mais le sommeil léger et le paradoxal ne constituent qu’un tiers environ du repos de l’animal. Les trois quarts du temps, il dort profondément, c’est-à-dire à poings fermés. Son corps est détendu, sa respiration plus lente. Pendant ces phases, les hormones de croissance du chaton s’activent au maximum, tandis que le corps du chat adulte se régénère.

Comme nous, un chat qui dort passe d’une phase à l’autre pendant son cycle de sommeil. Tandis qu’il se repose les yeux fermés, vient la séquence durant laquelle il dort profondément d’une vingtaine de minutes, puis environ cinq minutes de sommeil paradoxal. D’une durée globale assez courte, ces cycles se répètent plusieurs fois dans la journée, et sont généralement entrecoupés de périodes d’activité.

- Comment faire pour savoir si mon chat souffre d'une maladie ?

Vous avez l’impression que votre chat dort plus que d’habitude ? Observez-le : si, en dehors de ses heures de sommeil, il se nourrit correctement, gambade dans le jardin, vous fait des câlins, bref, donne les signes d’une parfaite santé, c’est que tout va bien. Quant à sa paresse, il y a d’autres explications : les voici !

Votre chat est une femelle non stérilisée

Tâtez-lui délicatement le ventre : des chatons sont peut-être en train de s’y former, ce qui expliquerait les nombreuses siestes ! Pendant les semaines de gestation, la chatte va être très occupée à préparer l’arrivée de ses bébés chats. Notamment, elle va chercher un endroit confortable où leur donner naissance. Aidez-la en garnissant un carton de vieux lainages. Placez ce nouveau nid dans un endroit qui ne soit pas trop isolé, afin que vous puissiez suivre le déroulement des opérations, mais suffisamment tranquille et intime pour que la chatte puisse s’y sentir en sécurité le moment venu. Et surtout, laissez-la prendre tout le repos dont elle a besoin avant le grand événement !

Autre hypothèse : les chaleurs. En effet, une chatte en chaleur change son comportement. Elle est constamment en quête de câlins (oui, y compris les vôtres !) Elle peut avoir une attitude languissante, se traîner dans les pièces, s’assoupir fréquemment. Si c’est le cas de la vôtre, vous vous en apercevrez rapidement, en particulier grâce aux miaulements de l’animal, qui deviendront plus sonores mais aussi plus sensuels… histoire d’attirer l’attention des mâles du voisinage.

Votre chat est un mâle qui vient d’être castré

S’il s’agit d’un mâle et que vous venez de le faire castrer, n’allez pas chercher plus loin ! Maintenant que ses hormones ne le poussent plus à s’occuper des femelles ou à aller chercher bagarre contre les autres mâles, votre matou va sans doute devenir beaucoup plus casanier. Ne vous étonnez pas de le voir passer davantage de temps dans son fauteuil favori, ou de profiter d’un rayon de soleil sur la pelouse pour y faire un bon somme !

Votre chat a passé le cap des dix ans

Quand ils atteignent les dix ans – l’équivalent d’une soixantaine d’années en âge humain – certains matous commencent à manifester une baisse d’énergie, comme pour beaucoup d’autres animaux, et exactement comme les hommes ! Si le vôtre semble saisir n’importe quelle occasion pour s’envoler dans les bras de Morphée, c’est peut-être parce qu’il est proche de l’âge de la retraite, s’apprête à entrer dans une autre phase de sa vie, où il a davantage besoin de se reposer. Vous n’avez donc, a priori, aucun souci à vous faire.

Votre chat souffre d’un changement important

Si votre chat ne rentre dans aucune des catégories précédemment énoncées, mais que vous avez remarqué qu’il multiplie les siestes, peut-être manifeste-t-il ainsi son mal-être psychologique. En effet, votre compagnon n’est à l’abri ni de l’ennui, ni de la déprime ! Ainsi, un chat qui souffre d’un important changement dans son style de vie peut perdre sa joie de vivre et, littéralement, se laisser abattre en dénigrant son alimentation même préférée. Si vous venez de troquer votre maison avec jardin pour un minuscule appartement, privant votre chat de ses expéditions dans la nature, ou que vous avez adopté un autre animal de compagnie, votre matou se réfugie peut-être dans son panier pour marquer son désarroi, sa jalousie, sa déception… Essayez de l’aider le mieux possible à s’habituer à ce nouveau contexte, en nourrissant le lien qui vous unit par des câlins et des jeux.

- Quand faut-il s’inquiéter d’un chat qui dort trop ?

Mais attention : si les siestes prolongées et fréquentes de votre chat s’accompagnent d’une baisse de l’état général, si l’animal semble avoir perdu sa joie de vivre, refuse de s’alimenter, perd ses poils de façon anormale… mieux vaut appeler le vétérinaire à la rescousse. D’une façon générale, surveillez les symptômes répertoriés ci-dessous.

Votre chat dort dans une position bizarre

Observez la façon dont se couche votre chat : est-il étalé de tout son long ou roulé en boule, comme vous l’avez toujours vu faire, ou est-il plutôt recroquevillé ? Ses muscles ont-ils l’air détendus, ou vous semblent-ils crispés ? Un chat qui se contracte pendant son sommeil ou qui se pelotonne dans un coin comme s’il voulait s’abriter d’un danger est un animal en souffrance. Faites-le immédiatement examiner par un professionnel.

Votre chat est apathique

D’ordinaire, si vous le caressez lorsqu’il dort, votre chat a un petit sursaut et s’éveille, à moins qu’il ne soit dans une phase de sommeil profond, auquel cas il ne bouge même pas la pointe de ses moustaches au contact de votre main familière ! Mais aujourd’hui, votre chat étendu près de vous a une réaction étrange lorsque vous testez ses réflexes : il semble avoir du mal à soulever les paupières et à bouger ses pattes ; ou bien il ouvre ses yeux mais ne fait pas un mouvement, comme s’il n’arrivait pas à se lever. Cette apathie doit, bien entendu, vous alerter immédiatement.

Votre chat est agressif

Au contraire, votre chat assoupi manifeste, au réveil ou dans son demi-sommeil, des signes d’agressivité envers vous. Il montre ses griffes pour vous empêcher de le toucher, et se met à gronder si vous insistez. Cela signifie probablement qu’il a mal quelque part et qu’il redoute d’avoir encore plus mal s’il vous laisse le palper. C’est pourtant ce que vous devez faire, à la recherche d’une grosseur ou d’une plaie, ou ce que le vétérinaire se chargera de faire à votre place, après avoir anesthésié l’animal souffrant.

Votre chat ne ronronne pas comme d’habitude

On n’y pense pas toujours, mais un sommeil excessif s’accompagnant d’un ronronnement inhabituel peut être également le signal que quelque chose ne va pas. En effet, contrairement à une idée répandue, un chat qui ronronne n’est pas forcément un chat heureux. Plusieurs facteurs peuvent inciter votre matou à ronronner : certes, le plaisir mais aussi la peur ou le mal-être. C’est pourquoi un chat couché et affaibli peut exprimer sa douleur en accompagnant sa somnolence d’un ronronnement constant et discret, destiné à attirer votre attention.

Votre chat perd ses poils par plaques

Non seulement votre chat dort beaucoup plus que d’habitude mais, lorsqu’il consent enfin à se lever, vous vous apercevez avec effroi que le coussin ou le plaid où il était allongé est couvert de poils, dont certains sont tombés par touffes, ou portent encore des traces de sang. Inutile de vous dire qu’il est urgent d’obtenir l’avis d’un spécialiste : certaines maladies parasitaires, mais aussi d’origine immunologique, peuvent être à l’origine d’une importante pelade ainsi que d’un affaiblissement progressif du chat, dont les besoins de sommeil s’accroissent au fur et à mesure que la pathologie progresse. Soyez vigilant !

Vous avez à présent toutes les infos en main pour savoir s’il faut se méfier du chat qui dort, ou au contraire respecter ses besoins fréquents de s’adonner au sommeil !

Laisser un commentaire